×

Répression syndicale

Répression : accusé d’avoir « harcelé » un chef, un ancien délégué CGT convoqué par sa direction

Nicolas, ancien délégué syndical à Safran, fait face à une convocation disciplinaire, accusé de « harcèlement » pour avoir dénoncé les conditions de travail de ses collègues. Un nouveau cas de répression syndicale.

Élian Palmeran

16 mars

Facebook Twitter
Répression : accusé d'avoir « harcelé » un chef, un ancien délégué CGT convoqué par sa direction

Crédits photo : des grévistes devant Safran à Toulouse en mars 2023. X/Twitter @RevPermanente

Nicolas travaille à Safran depuis 2005, il est ajusteur monteur cellule et a été délégué CGT Safran Nacelles pendant deux mandats consécutifs. Il était également au CHSCT avant que le comité ne disparaisse. Suite à une décision personnelle, il a décidé de ne plus être délégué syndical, ce qui n’empêche pas sa direction de s’en prendre à lui. Sur le site de Safran au Havre, Nicolas est reconnu et très apprécié par ses collègues, il n’a pas peur d’exprimer leur colère face à la direction. Pour Jenny Grandet, déléguée syndicale CGT, Nicolas « c’est quelqu’un qui a pris son travail syndical à cœur, qui est soucieux des conditions de travail des salariés et de leur bien-être ». Par exemple, il avait fait venir les inspecteurs du travail car les intérimaires travaillaient avec les métaux durs alors que c’est interdit ; il avait obtenu gain de cause. On peut citer également la grève pour les salaires en octobre 2022.

Après s’être rendu dans un atelier pour collecter des fonds auprès de ses collègues, suite au décès d’une salariée du restaurant du site, Nicolas apprend le lendemain auprès de son responsable que le chef de l’atelier s’est plaint de lui sous prétexte qu’il n’avait pas à y entrer. Il décide donc de retourner à l’atelier pour discuter avec le chef, accompagné d’un élu CGT. L’échange est tendu, puisque Nicolas le met face aux conditions de travail difficiles que subissent les salariés. Suite à leur entretien, le chef en question va voir le référent harcèlement de la direction et exige une enquête externe. La direction mandate alors un cabinet pour faire une enquête sur des faits de « harcèlement moral ».

Les conclusions de l’enquête ont été rendues le 21 février dernier. Au total, six éléments sont retenus contre Nicolas, parmi lesquels un fait « d’intimidation », sous prétexte qu’il est venu accompagné d’un élu CGT pour discuter. Il est convoqué vendredi 22 mars à un entretien préalable à une sanction disciplinaire pouvant aller jusqu’à un licenciement.

C’est la première fois que les salariés de Safran du Havre constatent ce genre de procédure. Pour Jenny « c’est clairement une attaque et une répression syndicale contre Nicolas et contre la CGT, Nicolas les a toujours embêtés, c’est le grain de sable dans la chaussure, il a fait intervenir plusieurs fois l’inspection du travail. C’est quelqu’un qui est engagé, qui a des convictions. Il a été efficace comme délégué syndical ». Elle poursuit en dénonçant : « nous on avait déjà remonté des problématiques avec des managers qui relèvent du harcèlement moral et rien n’a été fait ». Les salariés de Safran Nacelles se réuniront lundi pour décider ce qu’ils vont faire pour apporter leur soutien à leur collègue.

La convocation et les menaces contre Nicolas ne font que s’ajouter à la longue liste des cas de répression syndicale, qui se multiplient depuis la réforme des retraites. Des syndicalistes combatifs comme Nicolas de Safran Nacelles, Nicolas Pereira ou Christian Porta font facent à des mesures répressives de la part de l’État et de leur direction. Face aux attaques et aux offensives du patronat et de Macron, l’ensemble des directions syndicales et des organisations du mouvement ouvrier doivent faire front face à la répression. Soutien à Nicolas et à tous les réprimés !


Facebook Twitter
Fusion de l'audiovisuel public : une grève massive contre le projet de Macron

Fusion de l’audiovisuel public : une grève massive contre le projet de Macron

« L'impunité patronale doit cesser » : Sophie Binet soutient Christian Porta face à l'acharnement d'InVivo

« L’impunité patronale doit cesser » : Sophie Binet soutient Christian Porta face à l’acharnement d’InVivo

Acharnement : InVivo relance une procédure de licenciement après sa défaite aux Prud'hommes

Acharnement : InVivo relance une procédure de licenciement après sa défaite aux Prud’hommes

Victoire : les Prud'hommes ordonnent la réintégration de Christian Porta, délégué CGT

Victoire : les Prud’hommes ordonnent la réintégration de Christian Porta, délégué CGT

Toulouse : la menace d'une privatisation sème le chaos dans un centre d'aide sociale à l'enfance

Toulouse : la menace d’une privatisation sème le chaos dans un centre d’aide sociale à l’enfance

Répression à l'usine de Toray : le secrétaire fédéral de la FNIC-CGT menacé de licenciement

Répression à l’usine de Toray : le secrétaire fédéral de la FNIC-CGT menacé de licenciement

Débrayages quotidiens, journées fortes : l'AG des Neuhauser vote la grève en soutien à Christian Porta

Débrayages quotidiens, journées fortes : l’AG des Neuhauser vote la grève en soutien à Christian Porta

Grève à la RATP : la colère grandit, quelle perspective pour massifier la mobilisation ?

Grève à la RATP : la colère grandit, quelle perspective pour massifier la mobilisation ?