×

Mouvement ouvrier

La CGT dépose un préavis de grève pour les JO : à quand un plan de bataille ?

Sophie Binet a annoncé le dépôt d’un préavis de grève dans la fonction publique pour les Jeux olympiques. Un changement de ton qui ne doit pas constituer un simple « coup de pression » mais se traduire dans la construction d’un véritable plan de bataille.

Alexis Taïeb

11 mars

Facebook Twitter
Audio
La CGT dépose un préavis de grève pour les JO : à quand un plan de bataille ?

Crédit photo : capture d’écran

Jeudi dernier sur le plateau de France Info, la secrétaire générale de la CGT a annoncé le dépôt d’un préavis de grève dans la fonction publique (Etat, territoriale, hospitalière) couvrant la période des Jeux olympiques. « Ça fait des mois qu’on répète la même chose et que tout le monde s’en fiche » a-t-elle déclaré avant de faire part de son inquiétude au sujet de l’encadrement et des conditions de travail de « centaines de milliers de travailleuses et travailleurs qui sont percutés par les Jeux ».

Un changement de ton mais toujours pas de plan de bataille à l’horizon

Face à cette situation, la centrale revendique surtout l’obtention de primes pour ceux qui travailleront ainsi que l’organisation d’une réunion à Matignon sur « le défi social » des JO. « Nous voulons que le gouvernement prenne les mesures immédiatement pour assurer la réussite des Jeux à laquelle la CGT travaille depuis des années. Pour cela, il faut enfin que nos alertes soient entendues et que les jeux soient préparés d’un point de vue social », a synthétisé Sophie Binet.

Après avoir décerné « un carton rouge » au gouvernement, le dépôt d’un préavis de grève signale un changement de ton de la part de la numéro un de la CGT. Alors qu’en décembre 2023, Sophie Binet appelait à ne « pas gâcher la fête », le mépris total du gouvernement Attal et la volonté de surexploiter toujours plus les travailleurs exigeaient de la direction de la confédération de la CGT qu’elle réagisse.

Seulement, ce changement de ton est somme toute relatif. Un dépôt de préavis ne signifie pas un appel à la grève, tandis que les travailleurs du privé, eux, ne sont pas concernés par ces préavis. Dans le même temps, la principale préoccupation de la direction confédérale reste de ne « pas gâcher fête » et d’ouvrir, en l’occurrence, le « dialogue » pour que les Jeux Olympiques se passent le mieux possible. C’est ce que montrent les dernières réactions de la confédération qui semble se satisfaire globalement des annonces de Stanislas Guerini pour les agents de la fonction publique : « Enfin des discussions vont reprendre sérieusement », écrivait en ce sens sur X (anciennement Twitter) Céline Verzleti de la CGT, tout en demandant à ce que les primes soient relevées à 1900 euros.

Le gouvernement est craintif, il faut un plan de bataille pour une hausse générale des salaires !

Les Jeux olympiques, pourtant, pourraient être l’occasion d’aller chercher bien plus que des primes pour les travailleurs. S’il est à l’offensive, le gouvernement reste très fragile et craint plus que tout que la colère sociale n’explose comme en témoigne la réponse immédiate de Guérini à la suite du « coup de pression » de la CGT. Et pour cause, alors que les agences de notations s’inquiètent du climat social français, les Jeux olympiques constituent, pour Macron, une occasion à ne pas manquer de redorer son image aux yeux du patronat.

En témoigne l’inquiétude du gouvernement et de ses sbires qui martèlent dans les grands médias qu’une grève pendant les Jeux est impossible. Sans doute trop sûr de lui pour être crédible, Stanislas Guerini affirmait ainsi, durant le week-end, que « tout le pays souhaite qu’il n’y ait pas de grèves », entre autres voix qui appellent les travailleurs à ne pas « gâcher la fête » des Jeux et à faire la promotion de la fameuse « trêve sociale ».

Pour le gouvernement, les enjeux sont lourds et la crainte d’être une nouvelle fois ridiculisé sur la scène internationale se fait sentir. La CGT ne peut se contenter d’un tel coup de pression et son action ne doit pas se réduire à un préavis de grève. Les Jeux olympiques offrent une occasion de taper très fort et d’exiger de véritables augmentations de salaire et leur indexation sur l’inflation. Après six mois d’offensives gouvernementales sur tous les fronts (immigration, éducation, économie), c’est aussi l’occasion d’inverser la tendance pour repartir à l’offensive.

Les appels à la grève pour les JO dans les secteurs des transports, tout comme la multiplication des grèves dans le contexte des NAO (Négociations Annuelles Obligatoire), témoignent d’une colère au sein de la population qui voit son niveau de vie chuter d’année en année. Derrière la force que le gouvernement feint d’avoir en conduisant une offensive répressive très importante contre le mouvement ouvrier, il reste faible : sa base sociale est toujours plus minoritaire tandis que les élections européennes s’annoncent être une débandade. Dans cette situation, le mouvement ouvrier doit se saisir de toutes les crises potentielles et à venir et pousser son avantage. Pour cela, il faut rompre avec la passivité et en finir avec l’illusion qu’il est possible de gagner par le « dialogue » sans construire un véritable rapport de force.


Facebook Twitter
Démonstration de force des cheminots avant les JO : il est temps de repasser à l'offensive !

Démonstration de force des cheminots avant les JO : il est temps de repasser à l’offensive !

Pour la réintégration de Christian Porta : soyons nombreux vendredi 24 mai devant l'usine à Folschviller !

Pour la réintégration de Christian Porta : soyons nombreux vendredi 24 mai devant l’usine à Folschviller !

Avertissement, mises à pied : 5 nouveaux salariés de Neuhauser-InVivo réprimés par la direction

Avertissement, mises à pied : 5 nouveaux salariés de Neuhauser-InVivo réprimés par la direction

Grève victorieuse : les pompiers de la raffinerie de Grandpuits font plier Total !

Grève victorieuse : les pompiers de la raffinerie de Grandpuits font plier Total !

SNCF : la direction prête à doubler la prime JO après la grève massive des cheminots

SNCF : la direction prête à doubler la prime JO après la grève massive des cheminots

Sophie Binet, des avocat·e·s et des inspecteurs du travail dénoncent le licenciement illégal de Christian Porta

Sophie Binet, des avocat·e·s et des inspecteurs du travail dénoncent le licenciement illégal de Christian Porta

« Demain ça sera Stellantis Poissy » : les grévistes de MA France appellent à étendre le combat

« Demain ça sera Stellantis Poissy » : les grévistes de MA France appellent à étendre le combat

Salaires, embauches, JO... : les salariés des aéroports de Paris en grève ce 21 mai

Salaires, embauches, JO... : les salariés des aéroports de Paris en grève ce 21 mai