×

Campagne d’extrême-droite contre Adèle Haenel : face aux attaques, faisons front en solidarité

Depuis hier, la comédienne et militante féministe subit une déferlante réactionnaire de la droite et de l’extrême-droite contre des propos tenus lors d’un meeting organisé par Le Poing Levé à Paris 8. Face aux attaques, la gauche politique et syndicale doit opposer son soutien à Adèle Haenel.

Erell Bleuen

24 février 2023

Facebook Twitter

Crédits photo : O Fil Des Contrastes

Depuis jeudi, la comédienne Adèle Haenel est confrontée à une offensive de la droite et de l’extrême-droite. En cause, les propos tenus lors d’un meeting organisé à l’université Paris 8 par les collectifs Du Pain et Des Roses et le Poing Levé, tous deux rattachés à Révolution Permanente, dans lequel elle a défendu les enjeux féministes et antiracistes de la bataille des retraites, appelant à construire une grève reconductible à partir du 7 mars.

C’est Pascal Praud et d’autres éditorialistes réactionnaires qui ont ouvert le bal sur CNEWS jeudi matin : entre les propos sexistes contre Adèle Haenel et le mépris de classe à l’égard d’une université des quartiers populaires comme l’université Paris 8, Pascal Praud s’est indigné qu’une organisation d’extrême-gauche nommée « Révolution Permanente » puisse organiser une telle échéance dans « une université française » (selon ses termes).

Suite à la diffusion de cette séquence sur les réseaux sociaux, la fachosphère a immédiatement sauté sur l’occasion pour déverser sa haine contre la comédienne et son discours, multipliant les insultes sexistes et réactionnaires à son égard. Depuis, les figures et organes de presse de la droite et de l’extrême droite se sont saisies de l’affaire, comme Eric Naulleau, Elisabeth Levy, Bruno Attal ou encore Valeurs Actuelles, Boulevard Voltaire et Le Figaro, tous plus scandalisés les uns que les autres qu’Adèle Haenel qualifie le gouvernement Macron d’un « gouvernement de violeurs » et appelle à « renverser le capitalisme ».

Aussi, l’extrême-droite en a également profité pour attaquer Révolution Permanente, le collectif Le Poing Levé et ses militants. Franc Tireur publiait ce matin un papier (plus proche du torchon) sur Anasse Kazib le porte-parole de l’organisation, tandis que Boulevard Voltaire titrait ce matin « comment l’ultra-gauche tient l’université Paris 8 », faisant écho à la récente victoire électorale du Poing Levé aux élections étudiantes. Deux militantes du collectif du Poing Levé, qui se sont exprimées en solidarité avec la comédienne sur les réseaux sociaux, subissent également la déferlante réactionnaire de la fachosphère.

Face à ces attaques, plusieurs organisations syndicales comme la section CGT du Centre Hospitalier des Pays de Morlaix (CHPM), la CGT d’Air Liquide E&C France, qui publiait sur son fil Twitter « VIVE PARIS 8 ! Gros soutien à Adèle Haenel, ses paroles sont tellement évidentes ! », où encore l’union syndicale départementale de Solidaires en Isère qui tweetait « #AdeleHaenel soutien la #grevegenerale : la droite et la réaction l’attaque = elle a tout le soutien de notre camp social ! ». De son côté, la député EELV/NUPES Sandrine Rousseau a également exprimé sa solidarité avec Adèle Haenel. Le collectif Palestine Vaincra, dans un article publié ce 24 février, détaille également que « les prises de position de l’artiste lui ont valu un torrent d’insultes de la part de l’extrême-droite et ses relais médiatiques. Qu’elle soit assurée de notre entière solidarité ! ».

L’offensive de la droite et de l’extrême droite contre Adèle Haenel, Révolution Permanente et le collectif Le Poing Levé ne font qu’illustrer une inquiétude évidente : celle qu’une actrice, une figure de la culture, que la bourgeoisie tient à conserver dans son pré-carré, puisse ouvertement dénoncer le gouvernement et appeler ouvertement à la grève générale, et que cela puisse inspirer la jeunesse et le mouvement féministe.

Face à une telle offensive, la gauche politique et syndicale n’a pas brillé par sa réaction et s’est plutôt illustrée par son silence. Or, contre ces attaques réactionnaires, il s’agirait au contraire d’opposer le soutien le plus large possible à Adèle Haenel, et à celles et ceux qui dénoncent le patriarcat et le capitalisme. En ce sens, l’ensemble des organisations politiques et syndicales, du mouvement ouvrier et du mouvement féministe devraient prendre position, et défendre par la même occasion ce que la comédienne appelait de ses vœux lors du meeting, à savoir la construction d’une grève reconductible féministe et antiraciste à partir du 7 mars.


Facebook Twitter

Erell Bleuen

@Erellux

Menace de fermer l'usine : InVivo durcit l'offensive, faisons front avec Christian Porta et les Neuhauser !

Menace de fermer l’usine : InVivo durcit l’offensive, faisons front avec Christian Porta et les Neuhauser !

Interpellation massive : plus de 100 militants écolos en GAV après une action contre Total

Interpellation massive : plus de 100 militants écolos en GAV après une action contre Total


Crise de la dette : le FMI appelle la France à toujours plus d'austérité

Crise de la dette : le FMI appelle la France à toujours plus d’austérité

Répression coloniale : un dirigeant de la RATP dans la délégation de Macron en Kanaky

Répression coloniale : un dirigeant de la RATP dans la délégation de Macron en Kanaky

Kanaky : Macron temporise mais maintient le cap répressif et colonial

Kanaky : Macron temporise mais maintient le cap répressif et colonial

Offensive historique : la durée d'indemnisation du chômage bientôt réduite de 40% ?

Offensive historique : la durée d’indemnisation du chômage bientôt réduite de 40% ?

Le lieu associatif En Gare de Montreuil expulsé par la police et ses habitants placés en garde-à-vue

Le lieu associatif En Gare de Montreuil expulsé par la police et ses habitants placés en garde-à-vue

Acharnement : Anasse Kazib poursuivi par l'État pour des prises de parole contre l'extrême-droite

Acharnement : Anasse Kazib poursuivi par l’État pour des prises de parole contre l’extrême-droite