×

« On sera là jusqu’au bout ! »

4ème semaine de grève à Keolis Montesson : les soutiens mobilisés aux côtés des conducteurs de bus

Pour leur 22eme jour de grève reconductible, de nombreux soutiens ont rejoint les conducteurs de bus de Keolis Montesson sur leur piquet pour envoyer un message clair à la direction : cette semaine non plus il n’y aura pas de bus, et les grévistes seront soutenus jusqu’au bout !

Olive Ruton

2 octobre 2023

Facebook Twitter
4ème semaine de grève à Keolis Montesson : les soutiens mobilisés aux côtés des conducteurs de bus

Mobilisation sur le piquet de Keolis le 25 septembre dernier

Après 22 jours de grève depuis le 12 septembre, c’est avec une détermination à toute épreuve que les conducteurs de bus de Keolis Montesson abordent cette nouvelle semaine. En lutte pour récupérer les primes d’intéressement et de participation qui leur ont été supprimées et pour de meilleures conditions de travail, ils continuent le mouvement.

« On a reconduit pour cette semaine encore, tout le monde ici refuse d’arrêter sans avoir gagné » nous explique Amine, délégué Sud. Malgré les difficultés, ils entendent s’appuyer sur la solidarité pour que la grève puisse continuer à se durcir. « Ça fait longtemps que notre lutte s’est lancée, pour certains les difficultés financières commencent à être importantes, beaucoup ont des enfants, on est au début du mois, il faut payer les loyers » nous raconte un gréviste avant de poursuivre « mais on voyait arriver cette situation et on aidera les plus en difficulté, c’est par la solidarité qu’on arrivera à tenir ».

Des dizaines de soutiens face aux menaces de répression

Dès 6h du matin, ce sont une vingtaine d’étudiants du Poing Levé, mais aussi des machinistes RATP et des militants CGT RATP, des militants Solidaires, des avocats du Comité d’Action Judiciaire qui se sont retrouvés sur le piquet. Alors que la grève dure et que plane la menace de la répression, cette présence en nombre devant le dépôt prend une grande importance. Romane, avocate et membre de du Collectif d’Action Judiciaire s’adresse dans ce sens aux grévistes « La meilleure arme contre la répression, c’est la solidarité. Nous on est là pour vous soutenir si n’importe quelle question juridique se pose. »

Venu avec un importante délégation d’une vingtaine de militants du collectif étudiant Le Poing Levé, Simon, étudiant à Paris 3, déclare l’importance pour la jeunesse d’une lutte comme celle qui se joue à Montesson : « En pleine inflation, votre grève elle est importante. Ça fait trois semaines que vous êtes en train de mener un combat qui nous donne beaucoup de force. Nous aussi les étudiants, on vit la précarité, on vit la galère ! » C’est la nécessité de la lutte contre les patrons responsables de la casse des conditions de travail, de la baisse des salaires, et de la précarisation permanente de tous les travailleurs qui réunit les personnes présentes ce matin. « Aujourd’hui, si vous gagnez, c’est un coup contre toute cette vie chère, contre tous ces patrons, toutes ces entreprises qui essayent de nous faire payer la crise. On sera là jusqu’au bout !  »

L’union entre les jeunes et les travailleurs se trouve d’ailleurs au cœur des discussions de la matinée. « C’est l’union qui fait notre force, quand on voit tout ce soutien, on comprend qu’on doit tenir », dit un gréviste en remerciant un groupe d’étudiants. « C’est aussi pour vous qu’on se bat, vous pourriez être nos enfants », « Si nos grands parents ne s’étaient pas battus, on n’aurait aucun droit, aujourd’hui, on se bat pour les votre ». Des liens se tissent ainsi entre soutiens et grévistes, avec la promesse de mener ensemble ce combat et ceux qui suivront : « On n’oubliera pas ça, nous aussi on sera à vos cotés. »

Les usagers derrière les grévistes

Sur le piquet, mais aussi en gare, aux arrêts de bus, de nombreux usagers des lignes touchées par la grève n’hésitent pas eux non plus à témoigner un soutien appuyé au mouvement. Certains d’entre eux rendent visite régulièrement aux grévistes devant le dépôt. Des mots d’encouragement, des discussions, aux viennoiseries et aux cafés qu’ils offrent aux grévistes, les usagers témoignent de leur compréhension vis à vis de ceux qui conduisent quotidiennement leurs bus.

C’est le cas de Martine, « bien sûr que je soutiens les grévistes, Keolis n’est pas honnête, ce n’est pas comme ça qu’on traite les êtres humains ! Ils sont malhonnêtes ! » Venue rendre visite aux grévistes sur le dépôt, Stéphanie est dans le même état d’esprit « Qu’ils leur rendent leur prime ! Si c’est pour gagner de l’argent sur le dos de ces gens, ce n’est pas honnête. En plus ils vont encore augmenter le Pass Navigo ! »

Interpellation des élus locaux, actions : la grève s’accélère pour faire plier Keolis

Au bout de trois semaines sans aucune ouverture de négociations de la part de la direction, qui n’a rien proposé pour répondre aux revendications des grévistes, il est temps pour eux de hausser le ton. Après l’action groupée au dépôt d’Argenteuil mercredi dernier pour exiger une rencontre avec la direction qui leur a finalement été refusée, ce sont les mairies qui sont devenues les cibles des grévistes.

Il s’agit aujourd’hui d’interpeller les élus locaux et de leur demander de prendre leurs responsabilités quant à la situation qui s’embourbe, qui prolonge cette grève et le dérangement des usagers faute de propositions de la part de la direction de Keolis. Lors des rendez-vous obtenus dans les mairies, il apparaît une gêne du côté des maires de voir cette situation s’installer sans que Keolis ne propose d’issue au conflit, le manque de transports impactant beaucoup la vie de la population des communes concernées.

C’est sur cette voie que les grévistes entendent continuer. « Cette semaine, il faut aller plus loin que le dépôt, il faut que la grève soit plus visible », « il faut mettre plus de pression, durcir la grève, c’est inadmissible qu’il n’y ait eu aucune vraie négociation en trois semaines ! » nous déclarent plusieurs grévistes, décidés à faire de cette semaine un moment déterminant du conflit. Pour cela, ils parient sur l’extension de la grève au dépôt d’Argenteuil, seule manière de durcir réellement le rapport de force contre Keolis. C’est en ce sens qu’ils se sont adressés la semaine dernière à leurs collègues du dépôt voisin par une lettre et une vidéo. En réponse, une vingtaine de conducteurs à Argenteuil se sont mis en grève vendredi et leur ont rendu visite sur le piquet.

Ce début d’extension, bien que limité à une journée, est la voie à suivre pour éviter l’isolement et pour la victoire. Alors que la direction cherche à diviser les conducteurs de Montesson et ceux de Argenteuil, tout en prévoyant pour tous la même casse des salaires et conditions de travail, construire ces liens entre les deux dépôts et vers le reste des agents des transports en île de France est un enjeu central.

Leur caisse de solidarité en ligne et la présence de soutiens sur leur piquet sont également un moyen important d’appuyer cette lutte sur des primes et la casse des conditions de travail, et de lui permettre d’aller jusqu’à la victoire.


Facebook Twitter
RATP CAP : 95 % des conducteurs de Wissous et du tramway T10 en grève pour les salaires

RATP CAP : 95 % des conducteurs de Wissous et du tramway T10 en grève pour les salaires

Répression : 9 soignants en GAV après s'être mobilisés contre la fermeture des urgences de Carhaix

Répression : 9 soignants en GAV après s’être mobilisés contre la fermeture des urgences de Carhaix

Grève victorieuse : les pompiers de la raffinerie de Grandpuits font plier Total !

Grève victorieuse : les pompiers de la raffinerie de Grandpuits font plier Total !

La condamnation de Safran pour homicide involontaire confirmée en appel : une victoire pour les ouvriers

La condamnation de Safran pour homicide involontaire confirmée en appel : une victoire pour les ouvriers

Grève à Radio France : quelles suites après la journée réussie du 12 mai ?

Grève à Radio France : quelles suites après la journée réussie du 12 mai ?

Lutte pour les salaires à Capgemini : une grève qui envoie un signal à l'ensemble du secteur

Lutte pour les salaires à Capgemini : une grève qui envoie un signal à l’ensemble du secteur

Liquidation judiciaire de MA France : 400 familles au chômage malgré les profits records de Stellantis

Liquidation judiciaire de MA France : 400 familles au chômage malgré les profits records de Stellantis

Grève des éboueurs et égoutiers à Paris : « L'inflation fait mal à tous, c'est le moment ou jamais »

Grève des éboueurs et égoutiers à Paris : « L’inflation fait mal à tous, c’est le moment ou jamais »