×

Répression coloniale

12 morts, 5000 déplacés : le nouveau raid sanglant d’Israël à Jénine fait face à une forte résistance

Le 3 juillet l'armée israélienne a perpétré un nouveau massacre dans le camp de réfugié de Jénine, en Cisjordanie. L’incursion de Tsahal a causé la mort d’au moins 12 personnes, dont 4 enfants, et 5 000 personnes ont dû fuir Jénine.

Mariam Amel

12 juillet 2023

Facebook Twitter
12 morts, 5000 déplacés : le nouveau raid sanglant d'Israël à Jénine fait face à une forte résistance

Le camp de Jénine le lendemain de l’attaque. Capture d’écran d’une vidéo de Eye of Palestine

Une répression sanglante déguisée en opération anti-terroriste

Dans la nuit du dimanche 2 au lundi 3 juillet, l’armée israelienne a mené une nouvelle attaque contre le camp de réfugié de Jénine, en Cisjordanie, qui a causé des dégâts considérables, avec le déplacement de plus de 5 000 personnes et la mort de plus de 12 palestiniens, dont quatre enfants, la destruction des quartiers, des hôpitaux et des infrastructures. Cependant, malgré la gravité de l’attaque, l’opération est un échec pour l’armée d’occupation israélienne. Les forces de Tsahal n’ont en effet pas réussi à entrer au centre du camp, et l’attaque s’est terminée par un retrait des forces israéliennes avec leurs véhicules blindés 48 heures après le début de l’incursion, suite à un affrontement aux frontières du camp entre l’armée israélienne et une centaine de résistants. Le ministre de la défense Gallant, qui voulait transformer le camp de Jénine en « Cimetière de terroristes » a retiré ses troupes, sans pouvoir empêcher une « déception dans l’armée du fait du petit nombre de morts » palestiniens, d’après l’analyste militaire israélien Ron Ben-Yishai..

De son côté, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a annoncé le jour de l’opération dans des déclarations à la presse, que l’armée israélienne avait lancé « une vaste opération en Cisjordanie visant à éradiquer le terrorisme ». Une excuse habituelle du gouvernement pour légitimer sa politique de terreur.

Netanyahou a également déclaré que les forces israéliennes cibleraient toutes les zones qui constituent une menace pour la sécurité d’Israël, ajoutant que les différents services de sécurité israéliens opèrent désormais au cœur du camp de Jénine. « Cette dissuasion augmente la capacité d’Israël à se protéger contre de nouvelles attaques terroristes et à changer l’équation dans la région », a-t-il estimé.

En réalité, plus qu’une soi-disant lutte contre le terrorisme, l’État israélien cherche à restaurer son autorité en Cisjordanie occupée et à rétablir son pouvoir de dissuasion. Le gouvernement ultra-orthodoxe facilite de cette façon l’établissement de colonies en Cisjordanie, ce qui constitue un des principaux objectifs de la coalition au pouvoir, et conforte ainsi sa base. La détermination de la résistance palestienne à Jénine a battu en brèche cet objectif.

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, a déclaré lundi 3 juillet que l’opération majeure de l’armée israélienne dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, « progressait comme prévu ». À la suite d’une évaluation qu’il a menée avec le lieutenant général Herzi Halevi et d’autres officiers supérieurs, Yoav Gallant a affirmé : « Au cours des dernières heures, nous avons porté un coup dur aux organisations terroristes [...] les troupes recevraient un soutien total pour faire tout ce qui est nécessaire et pour opérer au sol et dans les airs,afin de protéger les citoyens d’Israël et de préserver l’entière liberté d’action dans la Cisjordanie ». Toutes ces annonces témoignent encore une fois de l’illusion qu’essaie de vendre l’appareil militaire dans sa volonté « d’enterrer la résistance », en annonçant que les attaques sanglantes à Jénine auront pour objectif de raser « l’infrastructure des terroristes ». Malgré l’arsenal énorme déployé par Israël pour harceler et terroriser un camp de réfugiés, les Palestiniens ont tenu bon et continuent de résister à la politique colonialiste d’Israël et à ses incursions meurtrières.

Face à l’offensive israélienne en Cisjordanie, une résistance palestinienne intense

Au-delà d’être un simple échec tactique, le retrait des troupes israéliennes du camp de Jénine met à mal les aspirations de Netanyahou d’annexer une partie ou toute la Cisjordanie. Cette ambition présente depuis des années chez le chef du gouvernement israélien continue de s’éloigner face à une résistance qui grandit.

Depuis le début de cette année, le gouvernement israélien, dirigé par une coalition incluant des forces d’extrême droite, a intensifié son offensive, adoptant une politique encore plus brutale que par le passé. Cette coalition est le résultat d’une instabilité interne en Israël, accentuée par des défis économiques et un isolement croissant.

L’échec de l’opération à Jénine témoigne d’une résistance palestinienne qui s’intensifie en Palestine et en Cisjordanie, particulièrement ces deux dernières années. Durant l’année 2022, les opérations de résistance contre l’occupation ont connu une hausse significative ainsi qu’une augmentation du taux d’« opérations qualitatives ». Selon les données d’un centre de recherche israélien, 86 opérations spécifiques ont été menées au cours de cette année, contre 54 opérations spécifiques au cours de l’année 2021, puis, le premier semestre 2023 a vu une nouvelle escalade des indicateurs de résistance, tout cela en réponse à la montée en puissance de la machine de répression israélienne en termes d’arrestations, d’assassinats, de démolitions de maisons, et le recours de Tsahal aux frappes aériennes deux fois en une semaine, une méthode qu’elle n’avait pas utilisée depuis la seconde Intifada.

L’autoritarisme grandissant, réponse aux difficultés intérieures et internationales d’Israel

L’échiquier géopolitique international a connu des bouleversements majeurs ces derniers temps, notamment avec l’invasion russe en Ukraine et la crise économique mondiale consécutive à la pandémie de Covid-19. Ces changements ont engendré une évolution des relations internationales, notamment par le rapprochement récent entre l’Iran et l’Arabie saoudite sous la médiation chinoise, ce qui entrave les aspirations d’Israël à étendre les Accords d’Abraham.

Même les États-Unis, qui ont longtemps été le principal soutien financier d’Israël, s’inquiètent désormais du nouvel ordre mondial qui se dessine. Le renforcement de l’Iran préoccupe les USA quant à la protection de leurs intérêts au Moyen-Orient, assurés par l’intermédiaire d’Israël. Cela se manifeste à la fois au niveau régional, avec le rapprochement entre l’Iran et l’Arabie saoudite, et au niveau interne, avec la montée en puissance des groupes de résistance.

En parallèle de ces dynamiques, Israël est confronté à une crise interne de régime, illustrée récemment par les manifestations massives contre les réformes judiciaires qui ont agité une grande partie des Israéliens et de la diaspora juive dans le monde, contre la coalition ultra-orthodoxe. Tous ces facteurs contribuent à placer Israël dans une situation d’isolement et de crise, qui se traduit par une escalade inquiétante de son offensive contre le peuple palestinien.

Depuis la Nakba, l’État d’Israël cherche à exister en sapant tout organisation des Palestiniens, en terrorisant les populations par des destructions massives et des expulsions. Le « combat contre le terrorisme » qu’agite le gouvernement israélien n’est que l’excuse à travers laquelle l’État légitime son seul moyen d’existence en tant que régime colonial. Un État fondé sur l’apartheid, le déplacement forcé et le nettoyage ethnique ne pourra jamais exister en « paix ».

Ainsi, la situation de déstabilisation d’Israël du fait du retrait progressif des États-Unis de la région ainsi que de la transformation de son rapport avec les puissances occidentales ouvrent une crise politique que l’extrême-droite israélienne cherche à résoudre à travers le renforcement des politiques autoritaires et se revendiquant ouvertement de formes de nettoyage ethnique. La résistance palestinienne, de Sheikh Jarrah à Jénine, a trouvé à plusieurs reprises la capacité de résister aux offensives militaires israéliennes. Cependant, seul un programme politique visant à poser la perspective de la dissolution de l’État d’Israël et d’une rupture totale avec l’impérialisme peut permettre une émancipation de toute exploitation et oppression entre Juifs et Arabes.


Facebook Twitter
Pourquoi le vote du dégel du corps électoral a fait exploser la colère du peuple kanak ?

Pourquoi le vote du dégel du corps électoral a fait exploser la colère du peuple kanak ?

Tortures, humiliations, amputations… : CNN révèle l'horreur d'un camp de détention de Palestiniens

Tortures, humiliations, amputations… : CNN révèle l’horreur d’un camp de détention de Palestiniens

Kanaky : après l'adoption de la loi coloniale, l'État réprime la révolte dans le sang

Kanaky : après l’adoption de la loi coloniale, l’État réprime la révolte dans le sang

État d'urgence, armée, réseaux sociaux coupés : face à la répression coloniale, soutien au peuple kanak !

État d’urgence, armée, réseaux sociaux coupés : face à la répression coloniale, soutien au peuple kanak !

Interdiction de TikTok en Kanaky : une censure grave pour empêcher la mobilisation

Interdiction de TikTok en Kanaky : une censure grave pour empêcher la mobilisation

Tarifs douaniers records : Joe Biden intensifie l'offensive contre la Chine avant les élections

Tarifs douaniers records : Joe Biden intensifie l’offensive contre la Chine avant les élections

États-Unis : où en est le mouvement de solidarité avec la Palestine ?

États-Unis : où en est le mouvement de solidarité avec la Palestine ?

Xénophobie : les agents de Frontex bientôt déployés en Belgique pour traquer et expulser les migrants

Xénophobie : les agents de Frontex bientôt déployés en Belgique pour traquer et expulser les migrants